Astuces pour réussir la peinture d’un plafond sans trace 

Dernière mise à jour: 04.12.22

 

Beaucoup tendent à penser que la peinture figure parmi les travaux « simples » qui ne nécessitent en aucun cas l’intervention d’un professionnel. Mais ce n’est pas souvent le cas. N’est pas peintre celui qui le souhaite. D’ailleurs, le travail d’un amateur se reconnaît rapidement à cause des traces qu’il laisse sur les murs et plafonds. Alors, comment peindre le plafond sans trace et éviter de passer pour un non-initié ? Retrouvez toutes les techniques des experts dans cet article.

 

Les traces de peinture au plafond : quelles sont les causes ?

On a beau faire un travail de titan réalisé minutieusement pour éviter d’avoir l’air d’un amateur. Mais voilà que des traces apparaissent sans qu’on le comprenne. Pourquoi s’obstinent-elles à s’afficher à chaque coup de pinceau ? De nombreuses raisons peuvent expliquer ce fait. La principale cause est souvent la couche de peinture réalisée. Lorsqu’elle est trop fine, les traces vont se succéder et le rendu final de l’ouvrage sera à la fois inesthétique et inégal. Raison pour laquelle il est toujours conseillé d’appliquer suffisamment de peinture.

La pression exercée sur le rouleau lors de la réalisation de l’ouvrage peut également être une raison qui explique les traces. Si vous pressez le rouleau jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune goutte de peinture, les traits indésirables vont faire surface.

Vous avez pris soin de réaliser 3 couches de peinture et toujours des traces ? Sachez que la température peut aussi jouer sur le rendu final de l’aspect de la surface peinte. Si elle est trop chaude, la peinture risquerait de sécher trop vite et laisserait des traces sur le plafond.

Alors, est-il possible d’éviter de laisser une trace de peinture sur le plafond ou le mur ? La réponse est oui, mais il faut de la technique.

Une préparation minutieuse du terrain

Avant de réaliser des travaux de peinture, il est indispensable de préparer le terrain. Bien que cela puisse paraître fastidieux, il est impératif de libérer le maximum d’espace. Dans cette optique, pensez à sortir vos mobiliers et accessoires de déco. Cela vous évitera par la même occasion de laisser des taches dessus. Pour ceux qui restent, utilisez une bâche en plastique et scotchez le tout avec un ruban adhésif. 

Il est également impératif de couvrir votre revêtement de sol et vos murs par la même occasion si vous comptez apporter une touche neuve à vos plafonds. Utilisez du carton de récupération si vous n’avez pas de bâche. Ils serviront mieux pour protéger vos mobiliers et se montrent tout aussi efficaces pour éviter les frictions de peintures sur les murs.

 

Le nettoyage avant la peinture

Il est évident que le but de peindre un plafond est de lui redonner une seconde jeunesse. Mais qu’il s’agisse de peindre sur du placo ou sur un faux plafond, il est indispensable que la surface à travailler soit lisse. Pour ce faire, il est de mise de procéder par un nettoyage du plafond pour éviter que la poussière ne se mélange à la teinte à appliquer. Dans cette lancée, vous pouvez utiliser une brosse large ou un aspirateur à main. Si les saletés se sont incrustées en profondeur, utilisez une éponge humidifiée avec de l’eau savonneuse. Mais dans ce cas, il sera nécessaire de laisser sécher la surface nettoyée avant de la peindre.

Dans la mesure où le plafond présente des imperfections telles que des fissures, des écailles et des trous, utilisez de l’enduit pour les reboucher. Poncez par la suite le tout pour un résultat plus lisse. Sachez que pour poncer un plafond, un papier de verre fin sera le plus souvent utilisé. Songez simplement à passer une éponge ou un chiffon dessus pour éliminer les résidus de poussière.

 

Préparer une couche de fond

Vous êtes pointilleux dans les détails ? Vous souhaitez toujours obtenir un résultat parfait ? Dans ce cas, cette étape est indispensable. Si vous avez déjà peint vos murs et plafonds auparavant, vous avez certainement déjà remarqué que la peinture n’est pas absorbée de la même manière sur les différentes zones. Si le pinceau glisse aisément à certains endroits lisses, ce ne sera pas pareil sur les zones poreuses.

D’où tout l’intérêt de prévoir une couche de fond. Le primer va permettre d’uniformiser votre plafond dans son ensemble et assurer ainsi une meilleure absorption de la peinture. Ceci vous évitera par la même occasion de vous confronter au genre de situation qui vous amènera à demander comment rattraper les traces de reprise de peinture.

Le choix de la peinture, une étape capitale

Peindre le plafond est tout un art. Cela signifie que vous ne devrez pas vous laisser séduire par la première peinture pour plafond qui vous tombera sous la main. Une teinte de mauvaise qualité et soyez sûr que le rendu attendu sera loin du compte. Alors, que privilégier ? Vous trouverez avant tout la peinture glycéro, très populaire en ce moment. Elle est lavable, résistante, très esthétique, mais n’en demeure pas moins toxique et difficile à appliquer. L’acrylique, quant à lui, est une peinture facile à utiliser. Le bémol réside dans le fait que ce type de peinture n’est pas lavable.

Pour ce qui est de la texture, vous aurez le choix entre la texture mate et la texture satinée. Si le mat permet de dissimuler facilement les petits défauts qui sont susceptibles d’entraver au rendu final de l’ouvrage, la finition satinée se veut d’être plus adaptée aux pièces humides. Le choix vous appartient.

 

La couleur, une question de goût ?

En matière de couleur, le choix par excellence reste le blanc. Simple, le blanc confère plus d’éclairage à l’ensemble de la pièce. Il est également en mesure d’apporter une impression de volume. Quoi qu’il en soit, rien ne vous empêche de choisir une autre couleur.

Certains fabricants proposent par exemple des peintures blanches, mais avec une nuance de bleu pour donner un effet de lumière chic et élégant. Si vous désirez apporter un caractère plus dynamique à l’ensemble de votre maison, pourquoi ne pas se laisser séduire par une couleur vive ? La décoration sera originale avec une touche de peps.

 

Les équipements, les éléments-clés

Peindre un plafond au pistolet est une idée pour refaire le plafond. Pour un travail vite fait, ce sera la meilleure des solutions. Mais pour un rendu de qualité, ce sera autre chose. N’allez pas croire que peindre au rouleau suffira. Vous aurez besoin d’un pinceau-brosse, d’un pinceau plat, d’un bac à peinture, d’un ruban de masquage et d’une bâche.

La grille, quant à elle, servira à bien répartir la texture de mélange sur le rouleau de peinture de plafond. Si vous souhaitez peindre un plafond avec une perche, prévoyez également des lunettes de protection pour vos yeux.

 

Le moment idéal pour peindre

Comme nous l’avons mentionné au départ, la température joue un rôle important sur la peinture. Alors, autant faire en sorte que l’air ambiant dans la pièce soit assez frais. Faites attention à trouver le bon compromis. Si la pièce est trop froide, c’est-à-dire moins de 10°C, la peinture risquerait de chauffer trop lentement. En revanche, si elle est trop chaude et que la température dépasse les 25°C, elle sèchera trop vite et laissera des traces de superposition sur le plafond. 

L’idéal serait ainsi de rester sur une température comprise entre 12 à 20°C. Minimiser l’aération est tout aussi important, car si les fenêtres restent ouvertes, l’eau qui va s’évaporer de la peinture va rester dans l’air. Ce qui signifie que le séchage prend plus de temps. Ainsi, il est de mise de fermer tous vos systèmes d’ouvertures et ne les ouvrir qu’une fois les travaux de peinture terminés.

Les bons gestes pour peindre

Peindre est aussi un travail qui nécessite de la finesse afin d’éviter que des traits disgracieux apparaissent. Dans cette lancée, commencez avant tout par peindre les zones difficiles d’atteintes avec un pinceau ou une brosse arrondie. Il en va de même pour les angles de bords où le mur rejoint les poutres. Lorsque ce sera fait, vous pouvez passer à l’étape suivante : le rouleau. Pour bien vous y prendre, prenez d’abord le temps de le tremper à moitié dans le bac de peinture. Ensuite, passez-le sur la grille pour que la teinte soit répartie de manière uniforme. 

En vous y prenant de cette façon, vous éviterez également les surcharges. Ensuite, peignez votre plafond par mètre carré en créant des bandes parallèles. Par la suite, croisez la surface peinte avec une autre couche transversale pour que les traits disparaissent. Prenez également soin à ce que la source de lumière reflète le mur opposé pour pouvoir avoir un excellent aperçu de votre travail. Enfin, veillez toujours à ne jamais repasser sur les zones déjà sèches.

Si vraiment vous ne pensez pas pouvoir y arriver, il n’y a aucune honte à faire appel à un professionnel. D’ailleurs, cette solution commence à prendre le vent en poupe. Vous aurez l’avantage de profiter d’un ouvrage de qualité, et ce, dans les plus brefs délais. Un professionnel saura également comment bien calculer la quantité de peinture nécessaire pour vous permettre d’économiser.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES