Zoom sur les différentes techniques de soudage

Dernière mise à jour: 02.02.23

 

Dans tous les travaux de bricolage, il est inévitable que l’on doive assembler 2 pièces différentes. Si les objets sont des métaux, la colle ne suffira pas à les maintenir ensemble. La solution la plus appropriée est donc de recourir à la soudure. L’efficacité de ce procédé réside dans le fait qu’il agit directement au niveau atomique. À la suite de l’opération, les 2 morceaux seront reliés pour ne faire qu’un seul corps. Pour avoir toutes les cartes en main, et choisir le bon type de soudure, nous vous invitons à parcourir cet article.

 

Quelles sont les particularités du soudage et de la brasure ?

Les métaux peuvent être fusionnés grâce à 2 techniques précises : la brasure ou la soudure. Néanmoins, il existe une différence entre les 2 procédés.

D’une part, la soudure électrique est le moyen idéal pour arriver à relier 2 pièces de métal, à condition qu’elles soient identiques et que vous utilisiez un métal d’apport afin de pouvoir assembler les 2. C’est le cas de la soudure pour acier. Il y a cependant une condition : le produit de raccordement doit être de la même matière que ceux à recoller. Les bases de la soudure veulent qu’avant de travailler le métal de connexion, chaque extrémité des 2 morceaux doit avoir été fusionnée entre elles.

D’un autre côté, faire une brasure sur acier est plus simple, car les 2 pièces peuvent être d’une nature différente à l’instar du métal d’apport. Comme exemple, prenez le cas d’un morceau de zinc qui peut être assemblé avec du cuivre en utilisant de l’étain. La facilité de ce procédé réside dans le fait qu’aucune fusion entre les 2 extrémités n’est nécessaire.

Quel type de soudure choisir pour ses travaux ?

Que l’appellation soit soudure ou soudage, les 2 sont de la même famille. Nous vous donnons ici les différentes techniques afin d’aboutir au résultat voulu quel que soit le type de soudure choisi.

1. Soudage au chalumeau

Ce procédé est très connu de tous et consiste à recourir à la soudure par flamme. Le principe est de produire du feu avec un chalumeau et 2 gaz différents. D’une part, il y a le gaz carburant comme le propane, le méthane, l’acétylène ou le butane, et d’un autre côté il y a le gaz comburant constitué par l’oxygène, le gaz naturel ou l’hydrogène. Mais dans la plupart des cas, les gens utilisent l’oxy-acétylène ou l’oxy-propane, car ce sont ces mélanges qui proposent les plus hautes températures afin d’aboutir à une excellente fusion des métaux. Vous pouvez employer un poste à souder si vous le voulez.

2. Soudage TIG

Le soudage au tig, aussi appelé Tungsten Inert Gas, est une méthode par laquelle on a recours à un arc électrique dans lequel on utilise un gaz inerte comme de l’argon ainsi qu’une électrode en tungstène. Afin de protéger le métal d’apport et ceux en fusion, l’électrode, l’arc électrique et le bain de fusion de l’oxydation de l’air, du gaz neutre est projeté au niveau de la zone de soudage. Si vous voulez réaliser des travaux fins tout en respectant une haute qualité de soudure, cette technique est la plus appropriée.

3. Soudage MMA

Le soudage mma ou encore le Manual Metal Arc consiste à la création d’un court-circuit pour provoquer un arc électrique ainsi qu’un dégagement de chaleur allant de 4000 à 4500°C. L’électrode peut être de 3 types différents (rutile, basique et cellulosique) et va servir de métal d’apport afin que vous puissiez réaliser la soudure tout en fondant la pièce. Si vous voulez faire des soudures larges, épaisses ou de gros efforts mécaniques, cette opération est la plus recommandée.

4. Soudage MIG-MAG

En ce qui concerne le soudage mig mag, c’est une technique par laquelle 2 procédés sont mélangés. D’une part, il y a le MIG ou Metal Inert Gas, et d’un autre côté il y a le MAG ou Metal Active Gas. Le premier utilise un gaz de protection inerte (Argon ou Hélium) et le second requiert un gaz actif (Argon/CO2 ou Argon/Oxygène).  Ici, c’est l’électrode qui sera le métal d’apport. Avec cette technique, l’électrode sert de métal d’apport et elle aboutit à des soudures épaisses, rapides et par points pour l’inox, l’acier et l’aluminium.

5. Soudage plasma

Dans le soudage plasma, les mêmes procédés utilisés dans la soudure tig ou mig sont repris. Pour obtenir le jet plasma, vous devez créer un arc électrique entre la pièce à souder et l’électrode non fusible. Cependant, en plus de l’argon comme gaz principal, vous aurez besoin d’un gaz supplémentaire, aussi appelé gaz annulaire dont la composition est faite par de l’hélium ou de l’hydrogène. Pour protéger l’électrode, une buse en cuivre devra être refroidie en permanence avec de l’eau afin d’éviter une fusion.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES